E

10 pistes pour comprendre Erasmus +

Voyager, partir, découvrir.. Ca vous donne envie ? Si tel est le cas, vous êtes sur le bon article. Découvrons ensemble Erasmus + et ses possibilités !

1. Qu’est-ce qu’Erasmus + ?

L’Union européenne investit 14,7 milliards d’euros dans Erasmus +, le nouveau programme 2014-2020 pour l’éducation, la formation, la jeunesse et le sport. Auparavant, les composantes d’Erasmus + étaient divisées à l’instar du programme Erasmus créé en 1987.

Erasmus + est un programme unique visant à promouvoir les perspectives d’emploi et de développement personnel des jeunes et aider les systèmes d’éducation, de formation et de jeunesse à offrir des moyens d’enseignement et d’apprentissage adaptés à la société et au marché de l’emploi actuels et futurs.

2. Quelles actions clés ?

 

  • Possibilités de mobilité à des fins d’apprentissage pour les étudiants, doctorants, stagiaires, jeunes volontaire et jeunes en général, ainsi que pour les enseignants, formateurs, assistants et travailleurs dans le secteur de la jeunesse.
  • Possibilité d’établir des partenariats incitant à la collaboration entre les institutions et organismes d’éducation, de formation et de jeunesse ainsi qu’entre les mondes de l’éducation et du travail.
  • Possibilité de soutenir le processus de réflexion, de dialogue et de collecte de données nécessaires à la réforme des politique et systèmes en matière d’éducation, de formation et de jeunesse.

En résumé :

  • Action-clé 1 : Mobilité d’apprentissage
  • Action-clé 2 : Partenariat stratégique
  • Action-clé 3 : Soutien à la réforme des politiques éducatives

3. Quelle possibilités concrètes et pour qui ?

Erasmus + offre la possibilité :

  • aux étudiants universitaire et de la formation professionnelle la possibilité d’étudier, de se former et d’acquérir une expérience professionnelle à l’étranger.
  • aux jeunes, la possibilité de prendre part à des échanges et à des actions de volontariat.
  • aux enseignants, formateurs, assistants, administrateurs et travailleurs dans le secteur de la jeunesse, la possibilité d’enseigner, de se former et d’acquérir de nouvelles perspectives professionnelles à l’étranger ou de partager leur expérience.
  • aux institutions d’éducation, de formation et de jeunesse, la possibilité d’échanger les bonnes pratiques.
  • aux initiatives de collaboration entre établissement d’enseignement supérieur et entreprises, la possibilité de renforcer le potentiel entrepreneurial du personnel et d’aider les organismes à mieux répondre s du marché de l’emploi.
  • un soutien à l’amélioration de la définition et de la réforme des politiques d’éducation, de formation et de jeunesse.
  • des projets en collaboration dans le domaine du sport. 

4. Qui participe au programme ?

Les pays participant sont les 33 pays membres du programme (28 pays membres de l’UE + Macédoine, Islande, Liechtenstein, Norvège et Turquie). Mai aussi, la plupart des pays du monde peuvent-être partenaires d’un projet, sans pouvoir coordonner ni accueillir de mobilités.

5. Action-clé 1 : Soutien à la mobilité des individus à des fins d’apprentissage 

1. Le secteur scolaire :

Le secteur scolaire concerne le personnel éducatif pour enseigner, observer et/ou participer à ne formation. La durée est de 2 jours à 2 mois.

2. Le secteur de la formation professionnelle :

La mobilité à l’étranger peut aider les jeunes suivant un enseignement ou une formation professionnelle à acquérir les compétences nécessaires que requiert le marché de l’emploi.

Les élèves de lycées professionnels, stagiaires et apprentis peuvent effectuer un stage ou un apprentissage à l’étranger, dans une société, sur un lieu de travail avec une période d’acquisition de compétences au sein d’une société.

La durée du stage est comprise entre 2 semaines et 12 mois.

De plus, les jeunes diplômés d’un établissement de formation professionnel ou d’anciens apprentis peuvent entreprendre un stage dans les douze mois suivant leur qualification.

3. Le secteur du supérieur :

Les étudiants peuvent effectuer un séjour d’étude (ancien programme Erasmus) de 3 mois à 12 mois dans une université d’un autre pays. Ils peuvent également suivre un stage de 2 à 12 mois dans un poste de travail situé à l’étranger.

Le stage ou séjour d’étude peut porter sur tout domaine ou toute discipline académique de niveau licence, master ou doctorat. Il est possible d’associer un stage et un séjour d’étude à l’étranger.

Erasmus + soutient certains étudiants européens désireux d’étudier hors de l’UE et des étudiants étrangers à l’UE souhaitant suivre un cursus en Europe.

Enfin, les personnes récemment diplômées peuvent effectuer un stage à l’étranger dans l’année qui suit l’obtention de leur diplôme (à condition d’être sélectionné par son université).

6. Action-clé 1 : Soutien à la mobilité dans le domaine de la jeunesse et du sport

1. L’échange de jeunes :

Les échanges de jeunes aident les participants à acquérir des compétences importantes telles que la gestion de projet et le travail en équipe.

Ces possibilités, qui se déroulent hors du milieu scolaire, permettent à des groupes de jeunes de suivre un programme d’activités structuré (exercices, débats, jeux de rôle) dans un autre pays de l’UE ou hors de l’UE, sur une période pouvant dure jusqu’à 21 jours.

Concrètement, ce sont des groupes de 16 à 60 jeunes de 13 à 30 ans et concernant au moins 2 pays.

2. Le Service Volontaire Européen (SVE) :

Le SVE offre aux jeunes une occasion idéale de développer des compétences en participant à l’activité quotidienne d’organismes oeuvrant dans le social, l’environnement, la culture..

Il leur permet aussi d’affirmer leur confiance en soi, de se sentir plus engagés en tant que citoyens et de découvrir un mode de vie différent. La durée d’une activité volontaire peut atteindre un an et les participants peuvent se porter volontaires pour toutes sortes de cause, à l’intérieur de l’UE comme dans des pays hors de l’UE.

Le SVE est ouvert aux jeunes âgés de 17 à 30 ans.

3. La mobilité des travailleurs de jeunesse :

Si vous êtes enseignant ou travaillez dans une entreprise, vous pouvez enseigner à l’étranger, vous ouvrir de nouvelles perspectives professionnelles, étoffer vos réseaux et participer à la modernisation des systèmes européens d’éducation et de formation.

Les enseignants, le personnel non enseignant et les travailleurs dans le secteur de la jeunesse peuvent également suivre une formation à l’étranger, y compris des cursus structurés, une formation linguistique à orientation professionnelle, des évènements de formation afin d’acquérir de nouvelles connaissances et idées qu’ils pourront mettre en oeuvre à leur retour.

La durée de ces activités est comprises entre 2 jours et 2 mois.

7. Action-clé 2 : Soutien à la coopération en matière d’innovation et d’échanges de bonnes pratiques 

1. Les partenariats stratégiques sectoriels ou trans-sectoriels

Les partenariats stratégiques visent à développer, transférer et mettre en oeuvre des pratiques innovantes en matière d’éducation, de formation et de jeunesse à travers la coopération transfrontalière entre organismes de types variés.

Les projets peuvent aller de la simple coopération entre organismes (écoles..) à de vastes projets axés sur le développement et l’échange de résultats innovants. Ils peuvent toucher un domaine particulier, mais aussi promouvoir la coopération en matière d’éducation, de formation et de jeunesse.

Par exemple, développer un programme d’étude commun, de nouveaux cursus, des méthodes pédagogiques, des ressources éducatives, du réseautage, des échanges de bonnes pratiques, l’esprit d’entreprise, la citoyenneté active..

La durée des partenariats stratégiques peut-être de 2 ou 3 ans. Dans le domaine de la jeunesse, leur durée est comprise entre 6 mois et 2 ans. Ils doivent regrouper au mois 3 organismes de 3 trois pays du programme différents, avec quelques exceptions dans les domaines de la jeunesse et de l’enseignement secondaire.

2. Les partenariats scolaires :

Les partenariats scolaires sont exclusivement réservés aux établissements scolaires. Il est nécessaire d’avoir au moins 2 établissements de 2 pays participants.

3. Les partenariats entre collectivités territoriales dans le domaine scolaire, jeunesse et sports :

Ces projets ont pour but d’améliorer la qualité et la reconnaissance du travail dans le secteur de la jeunesse, de l’apprentissage  non formel et du volontariat. On peut citer comme activités, la coopération, le réseautage, les aides sociales entre organisations de jeunesse et communautés locales, les échanges de jeunes..

A savoir :

Les plates-formes informatiques (dont e-Twinning pour le jumelage électronique dans le champ scolaire ou EPALE dans le champ de la formation professionnelle et de l’éducation des adultes) renforcent le travail en réseau.

8. Action-clé 3 : Soutien à la réforme des politiques en matière d’éducation, de formation et de jeunesse

Erasmus + soutien les actions de politiques visant à atteindre les objectifs de la stratégie Europe 2020.

Les activités soutenant ces actions comprennent des initiatives en faveur du développement, de l’implémentation et de l’évaluation de politiques, des réseaux et outils visant à encourager le dialogue et à promouvoir l’enseignement supérieur européen chez les décideurs, parties intéressées, pays partenaires et des réunions entre jeunes et décideurs dans le domaine de la jeunesse.

Les résultats attendus comprennent l’amélioration de la qualité et de l’efficacité des systèmes d’éducation, de formation et de jeunesse, la promotion de l’apprentissage mutuel,  de la coopération transnationale et l’incitation des jeunes à participer activement à la vie démocratique.

9. En résumé.. 

  • Si je souhaite m’engager dans un partenariat scolaire ou un partenariat avec une collectivité locale -> Action-clé 2
  • Si je souhaite organiser une mobilité individuelle pour l’enseignement professionnel -> Action-clé 1
  • Si je souhaite participer à des stages et des visites d’études pour les personnels éducatifs -> Action-clé 1

En France : 2 agences Erasmus +

L’agence Erasmus + nationale située à Bordeaux. Elle a pou but de mettre en oeuvre les programmes en faveur de l’éducation et de la formation tout au long de la vie de la Commission européenne.

L’agence France Jeunesse et & Sport à Paris sous la tutelle du ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports.

10. Sites, ressources et sources :

© European Communities , 2003   /  Source: EC – Audiovisual Service   /   Photo: Alain Schroeder

© Commission européenne 2014

Share Button