10 raisons d’aimer l’Union Européenne

A l’heure d’aujourd’hui, de nombreuses personnes se désintéressent de l’Europe et de la politique européenne. C’est un problème, car nous sommes dans un moment clé de l’histoire de la construction d’une Europe d’intégration.

Voici donc 10 raisons qui expliquent pourquoi il est indispensable de s’intéresser à l’Europe.

1. L’Europe, c’est notre avenir

Et oui, l’Europe, c’est notre avenir. On a toujours été sur le même continent et cela ne va pas changer avant un bon bout de temps. Content, ou non, l’Espagne restera notre pays frontalier du sud-ouest, l’Italie, du sud-est, la Suisse et l’Allemagne, de l’est, et le Luxembourg et la Belgique du nord.

Bref, l’Europe, c’est notre territoire, donc notre passé, notre présent, et maintenant, notre avenir. Nous devons agir avec et ne pas se voiler la face.

2. L’Europe, ce sont des rencontres

Si tu visites l’Europe, tu rencontreras une multitude de personnes, de cultures, de langues différentes, de traditions. L’Europe, c’est une richesse incroyable, alors pourquoi rester enfermé dans son propre monde, dans sa propre vie plutôt que d’aller à l’aventure, de découvrir, de vivre et d’apprendre. C’est en apprenant à connaître les autres qu’on apprend à se connaître soi-même.

3. L’Europe, c’est voyager gratuitement

Cela peut paraître habituel, mais avec l’espace Schengen, nous pouvons voyager gratuitement au sein de l’Union Européenne. Un petit tour à la plage, en Espagne, puis une visite à la statue de Machiavel, à Florence, puis une bière, en Allemagne, une petite vodka (avec modération), en Pologne, puis un petit chocolat, en Suisse. Ah non, la Suisse n’est pas dans l’Union européenne… Mais on a compris l’esprit de ce point, voyager sans se faire taxer à la frontière, quelle liberté, non?

4. L’Europe, c’est participer pour elle

Toutes nos actions quotidiennes ont des répercutions, qu’on le veuille, ou non. Quand on va faire un banal plein pour sa voiture, on utilise du pétrole, richesse rare et luxueuse de cette terre. Depuis 1979, et les premières élections parlementaires par les citoyens européens, nous pouvons tous agir pour l’Europe en élisant nos parlementaires. Bien que de nombreuses personnes (moi, le premier) continuent de critiquer le déficit démocratique de l’Europe, il n’en reste pas moins vrai que de louables efforts sont à noter. Ainsi, sans peut-être le remarquer, on s’investit dans, et pour, l’Europe.

5. L’Europe, c’est s’unir pour être plus fort

La crise européenne, l’Angleterre qui veut partir, la Grèce à la rueet après ça, on veut parler d’union pour être plus fort? On a l’habitude de toujours souligner les points négatifs, les événements troublants, mais jamais de détacher la lente construction positive de l’Europe. De là, une citation africaine me semble pertinente: « Quand un arbre tombe on l’entend; quand la forêt pousse, pas un bruit ».

Il faut donc continuer cette union pour se développer, à l’heure de la mondialisation, de la puissance américaine, de la naissance des puissances asiatiques, il est urgent de se doter réellement d’une Union européenne efficace autant sur le plan économique que sur le plan politique.

6. L’Europe, c’est une question de citoyenneté

Depuis 1992 et le Traité de Maastricht, il existe une citoyenneté européenne. En d’autres termes, nous sommes, en plus d’être des citoyens nationaux, des citoyens européens. De là, nous avons certains droits, comme celui de la liberté de se déplacer, de la non-discrimination, etc..

Nous pouvons aussi exercer des requêtes à la Commission européenne pour son initiative législative, adresser un message au défenseur du peuple, se porter devant la Cour de Justice de l’Union Européenne. N’allons plus dire qu’un citoyen n’a aucun lien avec l’Europe…

7. L’Europe, c’est de la bonne bouffe

Tapas et tortilla espagnoles, risotto Italien, baguette et croissant français, soupe de morue portugaise, zurek polonais ou encore moussaka grecque: en Europe, on mange bien et c’est tellement varié. On s’abstiendra ici de la cuisine anglaise qui est, selon moi, réellement appétissante!

8. L’Europe, c’est bon pour la Belgique

Nous pouvons tous faire un effort pour ce petit pays de 11 millions d’habitants. La Belgique abrite Bruxelles, la ville de la Commission européenne, du Conseil de l’Union européenne, du Conseil européen, l’OTAN etc.. On ne peut pas dire qu’avant, la Belgique était un pays avec un rôle majeur dans l’histoire de l’Europe, maintenant, et depuis 1951, on peut considérer que oui. La Belgique est devenue un carrefour indispensable pour toutes les transactions en lien avec l’Union européenne.

9. L’Europe, c’est mettre à la même table…

Si nous voulons inviter différents européens à une même table. Nous pourrions trouver, un beau brun espagnol qui joue bien au foot, un écossais avec sa cornemuse, un allemand sérieux qu’on devra attendre après son travail, un belge un peu loufoque, un italien un peu arrogant au look assez étrange, un portugaisrevenant de la pêche à la morue, et la Suisse… Ah non la Suisse n’est pas dans l’Union européenne. Ce qui est intéressant est de permettre ce melting-pot de culture et des programmes, comme Erasmus.

10 . L’ Europe, c’est surtout notre identité

Terminons par une note philosophique. Une identité, c’est partager des valeurs, des traits communs et cela découle d’une harmonisation politique, d’une cohésion morale et sociale.

Dans l’article 6 du Traité de l’Union Européenne, nous retrouvons ces références à la liberté, à la démocratie, à l’égalité, à la justice, à la solidarité. D’accord, je l’admets, ce sont de beaux mots, de belles idées mais qui ne sont pas réellement mis en place. Mais, on oublie que des pays de droits, des démocraties sont minoritaires dans le monde. Ainsi, si l’Europe peut permettre une cohésion d’États de droit, bien que cela ne soit pas parfait, c’est un pas très important pour le bien-être citoyen.

Bref après tout ça, si vous ne voulez toujours pas continuer à encourager l’Europe, je ne peux plus rien faire pour vous…

Share Button

Leave a Reply