kiev

L’avenir de l’Europe se joue à Kiev.

 Mercredi dernier, on a assisté à des victimes sur la place de l’indépendance à Kiev en Ukraine. C’est la première fois que des victimes apparaissent dans un conflit qui devient de plus en plus délicat. Sur ce terrain, se joue de nombreux facteurs, mais celui dont il est opportun de retenir est réellement la position de l’Union Européenne. On a la sentiment que l’Europe joue réellement son avenir dans sa capacité à pouvoir gérer une telle crise.

Une Europe impuissante face au fléau Ukrainien :

Si l’espoir d’un retour de paix est permis, c’est seulement grâce au président en place qui a convoqué une session extraordinaire du Parlement pour discuter de la démission du gouvernement.

Bruxelles a toutefois, haussé un peu le ton sur cette affaire en décidant d’envoyer Catherine Ashton sur place la semaine prochaine. En faisant ceci, l’Union en appelle une nouvelle fois au dialogue politique afin de faciliter les pourparlers. De même Manuel Barroso, le président de la Commission Européenne a téléphoné à Mr. Ianoukovitch en souhaitant « mener un dialogue au plus haut niveau ».

Angela Merkel a elle souhaité, « garantir les libertés fondamentales » et « ne pas faire usage de violences ». Mais est-ce que l’envoie d’une diplomate est-il propice dans un contexte où, il serait opportun d’envoyer une personnalité plus affirmée ou du moins, se positionner de manière plus ferme face au conflit.

Même les Etats-Unis se sentent concernés par Joe Biden, vice président du pays qui souhaite trouver une « solution pacifique » au conflit. Cette prise de position est un symptôme significatif de la passivité européenne. Ainsi, la guerre civile approche à petit pas et les 28 pays de l’Union sont toujours dans l’attente. Faudra t-il alors  attendre des milliers de morts avant de se remuer ?

Concernant la Russie, elle ne souhaite pas s’ingérer dans l’Etat Ukrainien. En effet, le kremlin est malin et souhaite évidemment que le pays ne soit pas soumis à des ingérences afin de pouvoir résoudre la situation en interne et de poursuivre l’union douanière proclamée. En agissant ainsi, la Russie ne fait qu’envenimer le conflit, mais marque une position distincte.

L’intérêt stratégique de l’Europe réside dans la résolution du cas Ukrainien :

En effet, l’issu du conflit Ukrainien aura un impact sur la liberté de l’Europe entière. Rappelons que l’Ukraine est un pays issu de la mouvance communiste, profondément divisé et puisant ses racines sous l’influence Russe.

De cette position ambivalente entre la Russie et l’Union, elle est soumise à une sorte de guerre froide entre la volonté d’une Russie forte par Vladimir Poutine et le souhait de l’Union de s’élargir et de limiter l’expansion Russe en concluant un accord d’association.

De ce fait, Moscou est-il allé trop loin avec ce partenariat ou bien l’Union a t’elle était trop suffisante avec un simple accord d’association sans offrir de garanties importantes ? Peut-être un peu des deux. Mais dans tous les cas, les jeunes et la classe moyenne de l’ouest du pays se sont révoltés et sont maintenant prêts à de violents affrontements.

l’Union Européenne se doit alors  de reprendre la main. Elle se doit de se montrer forte et agissant de manière nette et volontaire. Elle ne doit pas laisser la Russie prendre le contrôle du pays.

On s’aperçoit aisément qu’une importante partie de la population souhaite l’Europe dans un contexte ou les Européens eux-mêmes ne croient plus en l’Europe. Nous devons alors tirer de ce profit et faire en sorte que l’Union Européenne puisse s’honorer.

Pour cela, elle doit être forte, comprendre les inquiétudes des Ukrainiens et y répondre. Ce n’est que par une attitude active et volontariste que le pays pourra se stabiliser, s’ouvrir et redevenir un espace économique intéressant et important.

Comment pourrait-on imaginer la réaction des citoyens de l’Union si elle n’agit pas ou très peu en Ukraine. La méfiance déjà établie ne pourra alors que s’accentuer et ce serait un désastre vue des élections parlementaires de mai prochain.

Ainsi, si l’Union reste passive et dans la simple voie d’un dialogue politique, alors on pourra continuer chaque matin à lire de terribles décès commis la veille.

Share Button

Leave a Reply