Money Hand Holding Bankroll Girls February 08, 20117

Quelle politique de l’emploi dans l’Union Européenne

 

europe-new-superpower

Un enjeux majeur auquel doit faire face les différents pays de la Communauté Européenne est bien l’emploi et en corrélation, le chômage. D’une part, le chômage atteint des niveaux très élevés et d’autre part, on observe sa persistance  en Europe. Masquant une grande hétérogénéité puisque certains Etats connaissent des taux très faibles comme en Allemagne et d’autres très important comme en Espagne ou en Grèce. 

Par conséquent, la prise en conscience de ce phénomène a amené la Communauté à mettre en place des stratégies à partir de 1997, dont l’objectif est de lutter contre le chômage structurel.

Avant 1997, les politiques de l’emploi mises en oeuvre dans l’Union Européenne étaient des politiques nationales ! 

Lors du Conseil Européen d’Amsterdam, dix des quinze pays de l’Union dirigés par des gouvernements de gauche vont instaurer une politique sociale européenne afin de compenser la tonalité plutôt libérale.

Traité d’Amsterdam créé un titre VIII sur l’emploi !

Ainsi, est lancé la Stratégie européenne pour l’emploi lors du sommet extraordinaire sur l’emploi de Luxembourg.

Au départ, on voulait lutter contre le chômage structurel, mais avec le temps, cette politique s’est transformée en un outil sur la mise en place d’une société fondée sur la connaissance.

Cette société ou économie proclamée par le Conseil Européen de Lisbonne en 2000 signifie que que l’UE privilégie les activités les plus liées à la production à la distribution et à l’utilisation de la connaissance.

Recherche, développement, innovation..

Sur le plan quantitatif, il faut réaliser le plein emploi et sur le plan qualitatif, il faut des qualifications nécessaires dans cette stratégie avec une attention particulière portée sur la formation.

Par conséquent, la politique européenne fixe un cap, loin d’une politique extrêmement libérale et d’une rhétorique inflation-chômage, mais plutôt dans une dimension structurelle avec un primordial accordé à l’éducation.

De plus, en coordonnant les politiques nationales, on consolide l’unification l’économique.

Du point de vu institutionnel, l’UE gère l’impulsion, l’orientation alors que les Etats-membres appliquent une mise en oeuvre concrète.

Ce dispositif se présente d’abord sous la forme des Lignes directrices pour l’emploi adoptées chaque année par le Conseil Européen sur proposition de la Commission.

Au sein de la Commission, c’est la Direction générale Emploi et Affaires Sociales qui est en première ligne.

A noter que depuis 1999, les crédits du Fond Social Européen sont exclusivement affectés au soutien de la stratégie européenne pour l’emploi. 

Cependant, la lutte contre le chômage n’est qu’un objectif parmi d’autre, transformant en emploi une activité inutilisée.

C’est donc augmenter la quantité de l’emploi au service de l’économie fondée sur la connaissance.

Même si le chômage était nul, la politique de l’emploi garderait une légitimité car elle se base sur les qualités productives.

Egalement, un privilège de l’action se porte le chômage structurel. Le chômage est conjoncturel quand il résulte d’une croissance économique insuffisante.Le chômage est structurel quand il est indépendant de la conjoncture économique.

Ayant des causes différentes, ils nécessitent la mise en oeuvre de politiques différentes. Ainsi, la lutte contre le chômage conjoncturelle relève de la politique de croissance s’appuyant sur les politiques budgétaires et monétaires.

En revanche, la lutte contre le chômage structurel relève de la stratégie pour l’emploi. 

Ce chômage est persistant, plus élevé qu’aux Etats-Unis avec une simultanéité avec une pénurie de main-d’oeuvre.  En conséquence, il faut une politique ambitieuse qui ne repose pas uniquement sur la macroéconomie et la croissance. Il faut tendre vers un rééquilibrage méthodologique.

Dans un système productif fondée par une évolution constante, l’actif s’expose à être exclue. Une politique de développement des qualifications doit s’adresser à l’ensemble des actifs, potentiels ou effectifs, aux jeunes et aux adultes.

Le niveau de qualification des jeunes peut encore être améliorée. Les lignes directrices pour l’emploi préconisent que les Etats mettent en place des actions de nature à freiner l’abandon précoce et l’instaurant de programmes d’éducation prioritaire (ZEP)..

S’agissant des adultes, ils faut intervenir en favorisant la formation tout au long de la vie, par l’orientation, la réorientation, le retour dans la vie sociale..

La politique européenne de l’emploi vise à développer aussi bien l’offre que la demande de travail.

Concernant la demande, le soutien est à l’emploi indépendant, l’allègement de charges fiscales et sociales des entreprises, l’encouragement à une plus grande flexibilité.

Pour l’offre de travail, il faut inciter les inactifs à entrer sur le marché du travail, à résoudre le chômage et de maintenir sur le marché les actifs présents. 

La fiscalité de l’offre du travail doit viser à rendre l’emploi plus attractif que le chômage ou l’inactivité. Ainsi, les Etats doivent adapter des systèmes d’allocation qui permettent d’inciter l’offre de travail.

Prime à l’emploi en France.

Autre idée en ce sens, conditionner l’octroi des prestations sociales à la démonstration d’une réelle volonté d’être offreur de travail..

Autre problème, la faiblesse relative de l’offre de travail des femmes par les inégalités salariales à occupation équivalence et les difficultés à concilier vie professionnelle et vie privée.

Les lignes directrices pour l’emploi veulent que les Etats prennent toutes les mesures à éliminer ces freins à l’activité féminine.

Une autre préoccupation est de favoriser l’accès des chômeurs à l’emploi. Pour les jeunes, le taux de chômage est supérieur à celui des adultes et au taux de chômage global. 

Tous les Etats membres ont mis en place le dispositif préconisé par les Lignes directrices.

En France, ce dispositif est intégré à l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE).

Conclusion de ces aspects :

Il faut admettre que la politique européenne de l’emploi présente des insuffisantes évidentes dans différents domaines.

Les grandes orientations de politique économique sont élaborées de façon cloisonnée, sans lien réel avec la politique de l’emploi. Cette politique apparaît aussi insuffisante dans la parité homme-femmes, l’intégration sociale, la qualité de l’emploi, les groupes défavorisés..

Enfin, sur le plan méthodologique, le développement d’évaluation rigoureuses semble indispensable.

Sources : Les Politiques Economiques Européennes 

Share Button

Leave a Reply